Si le traitement des fibromes qui occasionne des symptômes était jusqu’à présent la myomectomie (enlever le fibrome) par voie chirurgicale (par laparotomie ou laparoscopie), il existe aujourd’hui la possibilité dans un grand nombre de cas choisis, de précéder à un traitement non chirurgical par radiofréquence (RF). Des avantages indéniables car pas d’opération a proprement parler, pas de cicatrices, peu ou pas douloureux après traitements, avec un taux de succès intéressant et permettant de conserver l’utérus.


L’Hôpital de La Tour propose un traitement innovant des fibromes permettant de mieux préserver l’utérus.

L’Hôpital de La Tour a récemment acquis un nouvel équipement destiné à traiter les fibromes utérins de manière peu invasive, favorisant une récupération rapide et une meilleure préservation de l’utérus pour une grossesse ultérieure. Le Sonata® System utilise une sonde à ultrasons intra-utérine et un dispositif de radiofréquence pour brûler les fibromes, offrant une alternative avantageuse à des traitements plus lourds. L’Hôpital de La Tour est le seul établissement de santé Romand à proposer cette nouvelle intervention aux patientes.


Conserver l’utérus et préserver la paroi utérine

Effectuée pour la première fois à l’Hôpital de La Tour par le PD Dr med. Jean-Marie Wenger, spécialiste en gynécologie-obstétrique, cette intervention offre de nombreux avantages par rapport à la chirurgie (myomectomie / hystérectomie) ou à l’embolisation. Bien que pratiqué sous anesthésie générale pour garantir la précision du ciblage, ce traitement est peu invasif, ne provoque pas de douleur postopératoire et ne nécessite pas d’incision. La récupération est donc plus rapide. En outre, cette approche permet de traiter les fibromes à l’intérieur de l’utérus sans en endommager la paroi et sans avoir recours à son ablation.
Le Dr Jean-Marie Wenger précise d’ailleurs : « C’est une méthode tout à fait indiquée pour les femmes qui ont encore un désir de grossesse. Avec la myomectomie chirurgicale, il arrive que la paroi utérine soit abimée, faisant augmenter le risque de problème d’implantation de l’embryon. Ce cas de figure peut être évité avec ce nouveau traitement ». Ainsi, cette intervention est préconisée pour les femmes de tout âge et dans le traitement de tous les types de fibromes, à l’exception des fibromes pédiculés dans la cavité utérine ou à l’extérieur de celle-ci.

Un traitement ultra-ciblé pour la sécurité des patientes

Le système Sonata® combine une sonde à ultrasons – permettant de repérer, mesurer et voir les fibromes dans l’espace – et le dispositif à radiofréquence destiné à les traiter. La sonde est introduite par voie vaginale dans l’utérus. La taille et l’emplacement de la zone à traiter, les marges de sécurité (pour conserver les tissus sains autour) ainsi que la durée nécessaire de radiofréquence pour « brûler » chaque fibrome sont déterminés par un dispositif informatique intégré. L’intervention se déroule sous contrôle échographique. Il s’agit donc d’un traitement extrêmement ciblé qui garantit la sécurité des patientes. Durant les mois qui suivent, les fibromes se résorbent petit à petit et cessent de provoquer des symptômes. Rodolphe Eurin, directeur général de l’Hôpital de La Tour, confirme que « pouvoir offrir une telle intervention, vient renforcer la stratégie de notre établissement visant à l’amélioration continue des soins non seulement en faveur de la qualité de vie de nos patients mais aussi au bénéfice des coûts pour le système de santé».

Elles qui se développent à partir de la paroi de l’utérus. Composés de cellules musculaires, ils forment des masses de formes et de tailles variables allant de quelques millimètres à plusieurs dizaines de centimètres et sont vascularisés.


Il s’agit d’une affection assez commune touchant 20 à 40 % des femmes, avec un pic d’incidence après 40 ans.

Seuls certains fibromes sont symptomatiques et nuisent ainsi à la qualité de vie des femmes, notamment en provoquant des saignements très abondants, des douleurs pelviennes ou encore des troubles de la fertilité.


RTS

L’endométriose, une maladie intime touchant une femme sur dix - RTS le journal

Endométriose: la fin d’un tabou

L’endométriose, une maladie intime touchant une femme sur dix - L'ILLUSTRÉ

HUG ouvre un centre d’endométriose certifié

Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) - TRIBUNE DE GENÈVE

Préoccupées par des problèmes de fibromes?

Notre administration sera heureuse de vous contacter pour répondre à toutes vos questions: